Les plus hauts sommets du monde - www.pharmasante.org
www.pharmasante.org
Haut sommet de montagne
Accueil » Mal des montagnes » Les plus hauts sommets du monde

Les plus hauts sommets du monde

Ils ont fait rêver des générations d’alpinistes. Ils suscitent à la fois l’admiration autant que la crainte. Ce sont les plus hauts sommets que l’on trouve sur Terre. Everest, K2, Kilimandjaro, mont Blanc, Annapurna : des noms de sites mythiques, théâtre d’extraordinaires péripéties humaines qui ont fait beaucoup coulés d’encre et inspirés bien des réalisateurs. Ces colosses nous enseignent à rester humbles face aux forces de la nature.

Les sommets les plus hauts du monde s’élèvent à plus de 8 000 m et sont tous concentrés dans les chaines de l’Himalaya et du Karakoram. Ces 14 sommets se situent entre L’Inde, le Pakistan, le Népal et la Chine. Ce sont

Everest (8 848m) K2 ou Mont Godwin-Austen (8 611m) – Kangchenjunga (8 586m) – Lhotse (8 516m) – Makalu (8 463m) – Cho Oyu (8 201m) – Dhaulagiri (8 167m) – Manaslu ou Kutang (8 163m) – Nanga Parbat ou Diamir (8 126m) –  Annapurna I ou Morshiadi (8 091m) – Gasherbrum I ou K5 ou Hidden Peak (8 068m) Broad Peak ou K3 (8 047m) – Gasherbrum II ou K4 (8 035m) – Shishapangma (8 027m)

Progressivement pour les apprivoiser, une compétition entre grimpeurs de tous les pays s’est installée : qui serait celui qui vaincrait les 14 sommets qui dépassent cette altitude incroyable ?

En 1986, l’alpiniste italien Reinhold Messner est entré dans l’Histoire en devenant le « 1er vainqueur des quatorze 8000 ». En 1980, il s’était déjà illustré en gravissant, pour la première fois, l’Everest en solitaire. A la fin de l’année 2003, on comptait 10 alpinistes qui avaient réussi l’ascension incroyable des quatorze « 8000 ». Aujourd’hui, les trekkeurs que l’on nomme les « himalayistes » se consacrent à la recherche de nouveaux itinéraires sur ces géants montagneux.

Le summum de l’alpinisme ? Sans doute gravir les 14 plus hautes montagnes au monde, toutes à plus de 8 000m au-dessus du niveau de la mer, de l’Everest (8 850 m) au Shishapangma (8 027 m). Tous ces sommets se concentrent dans les chaînes de l’Himalaya. L’ensemble fut d’abord conquis par le maître italien Reinhold Messner en 1986, puis par le Polonais Jerzy Kukuczka un an plus tard. En 2012, seuls 28 alpinistes avaient suivi leurs traces.

Parmi ces 14 sommets, notre choix se portent sur 4 sommets les plus médiatisés que les trekkeurs rêvent de mater.

Panoramic view of himalayas range from Pikey peak

Le Mont Everest, la légende himalayenne

Si les toits de la terre m’étaient racontés, l’histoire de l’Everest serait sans conteste la plus passionnante de l’alpinisme moderne. Dans les magnifiques paysages de l’Himalaya, l’Everest éclipse en hauteur et en majesté toutes les autres montagnes de la terre.

Avec ses 8 850 m, le Mont Everest atteint le record du monde des sommets. Il est situé à la frontière entre le Népal et le Tibet, au sud de l’Asie centrale. Il se trouve dans la chaîne de l’Himalaya qui comprend également le célèbre K2 (appelé aussi Mont Godwin-Austen, 8 611 m), ainsi que le Lhotse (8 545 m) et l’Annapurna (8 091 m).

La chaîne de l’Himalaya est longue de 3 200 kilomètres et large d’environ 480 kilomètres. Comme elle, l’Everest est constitué de roches métamorphiques. Ce « Toit du monde » est entouré du plus élevé grand plateau glacial que la majorité des montagnes des autres parties du monde.

La montagne fut identifiée en 1852. Cette découverte est le début de formidables aventures. Près de 1 500 trekkeurs de l’extrême ont franchi le sommet du Mont Everest. On en compte autant de trekkeurs – presque 1 500 – qui se sont risqués à ce challenge aujourd’hui. Des années 1920, les Britanniques se sont distingués par leurs nombreuses tentatives, mais c’est un Néo-Zélandais, Edmund Hillary, accompagné du sherpa népalais Tensing Norgayqui, qui atteint finalement le sommet le 29 mai 1953. En 1963, c’est l’ascension par la face ouest qui est réussie par une équipe américaine, escalade qui n’avait pas encore été tentée.

Conseils aux trekkeurs

L’Everest est la montagne des spécialistes. Sa légende a causé la mort de plus de 150 personnes, les trekkeurs romantiques comme les grimpeurs chevronnés. L’ascension de l’Everest est réservée aux véritables professionnels et aux alpinistes confirmés, acclimatés au grand froid.

Actuellement, grimper l’Everest ne suffit plus, un marathon de 42km dans ces montagnes est couru en novembre. La durée prendra 15 jours de trekking, avec 2 ascensions pour s’acclimater. Toute cette préparation, rien que pour atteindre la ligne de départ, à presque 5 200m d’altitude, à l’ombre de l’Everest. Ensuite, dans le froid d’une aube himalayenne, vos 42km de course vers Namche Bazaar commenceront. Vous avez à avaler près de 2 000m de descente agrémentée de quelques escalades ardues. Vue la rudesse du terrain, la simple pratique du marathon sur route ne suffira pas : il vous faut une solide expérience en cross-country, en course de montagne ou en endurance.

Le K2 (ou Qogir Feng, Chogori, historiquement mont Godwin-Austen)

Le K2 est un sommet du massif du Karakorum sur la frontière sino-pakistanaise. C’est le deuxième plus haut sommet du monde après l’Everest.Son altitude officielle est 8 611m. Il est surnommé « montagne Sauvage » à cause de la difficulté de son ascension.

L’ascension du K2 est considérée plus difficile que celle de l’Everest. En 2016, seules 378 trekkeurs l’avaient réalisée par rapport plus de 5 000 personnes qui ont atteint le sommet de l’Everest. Le K2 est désigné « montagne sans pitié » car sur ses pentes 85 personnes ont trouvé la mort, soit un décès pour quatre personnes réussissant l’ascension. Le K2 n’a jamais été gravi en hiver. Les années les plus meurtrières furent 1986 avec treize disparus, 1995 et les six morts dans une tempête le 13 août et 2008 où onze trekkeurs ont été victimes d’une chute de sérac.

Le sommet est presque aussi dangereux à la descente – 40 % des morts – qu’à la montée – 60 % des morts. Alors que sur les autres sommets de plus de 8000m, la proportion est plutôt de 80 % des morts à la montée et 20 % à la descente.

Annapurna

L’Annapurna I est formé d’un sommet principal culminant à 8 091m d’altitude et de deux antécimes : l’Annapurna I Central à 8 051m et l’Annapurna I Est à 8 010m.

L’Annapurna I est le premier sommet de plus de 8 000 mètres à avoir été gravi. Certes, dans les années 1920, des altitudes plus élevées — 8 500 m — ont été atteintes sur l’Everest, mais aucune n’était un sommet. C’était en 1950, elle a été réalisée lors d’une expédition française. Son entrée dans les annales de l’alpinisme résulte du fait que c’était le seul 8 000m à avoir été gravi dès la première tentative.

Cette victoire française à l’Annapurna I en 1950 a eu un écho formidable dans le monde et particulièrement en France. Ses vainqueurs – Maurice Herzog et Louis Lachenal -sont devenus de véritables héros nationaux et l’évènement — le premier « 8 000 » gravi par l’homme — est devenu un phénomène de société.

Seulement, l’Annapurna est la montagne avec le plus haut taux de mortalité !

Le Lhotse

C’est le quatrième plus haut sommet du monde avec une altitude de 8 516 m. Son nom signifie pic du sud en tibétain.

Le Lhotse comprend trois grosses arêtes qui descendent du sommet en coupant trois faces, nord-ouest, sud et nord-est. Le versant nord-ouest est une paroi principalement glaciaire qui s’élance sur 1 500 m de dénivelé au-dessus de la combe ouest, avec des pentes entre 40 et 80° d’inclinaison. La face sud est l’une des parois les plus impressionnantes de tout l’Himalaya, avec ses 3 500 m de dénivelé. Quant à la face nord-est, c’est la moins accessible des trois, ce qui explique qu’elle soit restée vierge.

Ce fut le 18 mai que le sommet principal de Lhoste a été escaladé pour la première fois  par les Suisses Fritz Luchsinger et Ernst Reiss. L’ascension du Lhotse représente la première conquête alpiniste suisse d’un sommet des 8000m.

Ajouter un commentaire

Commandez des comprimés de Diamox

sans ordonnance Commander Pharmacie en ligne agréée Livraison en 24h

Commandez des comprimés de Diamox

Commander