Contre-indications des crèmes anesthésiantes - www.pharmasante.org
www.pharmasante.org
Contre indication des crèmes anesthésiantes
Accueil » Crèmes anesthésiantes » Contre-indications des crèmes anesthésiantes

Contre-indications des crèmes anesthésiantes

Les crèmes anesthésiantes ont été inventées comme antidouleurs lors de certaines interventions comme le tatouage, l’épilation au laser, la vaccination, … En effet, elles sont généralement conseillées pour prévenir et/ou diminuer, voire anéantir, une douleur engendrée par une intervention par voie cutanée.  Elles permettent également de réduire le stress lié à une phobie aux soins. Et grâce à leur efficacité à diminuer la douleur, elles favorisent l’établissement d’une ambiance de confiance entre le personnel médical et le soigné et même la famille du patient. Toutefois, il est nécessaire de ne pas oublier que ces crèmes sont des médicaments ; et en abuser ou en utiliser à tort et à travers peuvent provoquer des effets indésirables. Ce qui nous amène à inventorier succinctement les  contre-indications des crèmes anesthésiantes selon le principe actif de base du produit.

Des crèmes anesthésiantes crèmes à base de lidocaïne

D’une manière générale, les crèmes anesthésiantes à base de lidocaïne sont contre-indiquées aux personnes présentant une sensibilité à la lidocaïne ou à l’une des composantes de la crème choisie. Par ailleurs, bien que rarement, l’apparition de troubles du système immunitaire provoquant des toux, asthme, anaphylaxie, etc. après application de crèmes anesthésiantes ont été remarqués. Afin d’éviter ces perturbations, il est important de respecter les doses prescrites et  d’éviter d’en mettre sur  les yeux et ses contours,  sur la bouche et ses immédiats, dans l’orifice nasale ou autres méats.

On proscrit aussi l’application ce type de crème à des patients présentant des troubles rénales sévères. Les femmes enceintes font aussi parties de celles qui ne doivent pas en utiliser. Chez les prématurés de moins de 37 semaines, il est strictement déconseillé d’en prescrire l’utilisation. Des lésions purpuriques auraient été constatées après application.

Pour mieux illustrer nos propos, prenons comme exemple de crèmes anesthésiantes à base de lidocaïne la crème Elma. Elle est la plus conseillée des tatoueurs et du Personnel soignant tant pour une séance d’épilation au laser que pour une séance de tatouage et même pour une vaccination des tout-petits. Le nom du générique est l’Anesderm.

La crème Elma est à appliquer sur une peau saine. Les études ont montré que des réactions allergiques cutanées  superficielles comme la rougeur, la démangeaison ou l’eczéma peuvent apparaitre après son application. Ainsi, pour ceux qui ont développé des réactions allergiques à l’un ou l’autre des composantes, la crème Elma leur est contre-indiquée. Cette contre-indication s’étend à ceux qui ont des réactions allergiques aux produits anesthésiants.

Un surdosage de la crème favoriserait le risque de méthémoglobinémie chez le nourrisson de moins de trois mois ou chez les prématurés. De même, les résultats scientifiques ont montré que la crème Elma ne convient pas aux personnes ayant des affections cutanées telles que les porphyries ou la méthémoglobinémie congénitale. Son application n’est pas non plus conseillée lors d’une injection intradermique de vaccin vivant atténué tel que le BCG.

La crème Elma est à utiliser avec prudence chez les personnes sous sulfamides (exemple : Bactrim®), de flutamide ou nitroprussiate de sodium. De même, la crème Elma et le   métoclopramide (exemple : Primpéran®) est une association à proscrire chez le bébé de moins de 3 mois. Et en cas d’une dermatite atopique, la durée d’application devrait être réduite.

Les sportifs utilisant la crème Elma ou Anesderm doivent être avertis d’une possibilité d’obtenir un résultat positif au test anti-dopage.

Les Dynexangival 1 % – le Maxilène – le Pliagilis et le Dr NUMB font aussi partie des crèmes anesthésiantes à base de lidocaïne.

Les crèmes anesthésiantes à base de capsaïcine, exemple le Zostrix

D’une manière générale, les crèmes anesthésiantes à base de capsaïcine sont contre-indiquées pour les personnes allergiques aux piments, ayant un ulcère gastrique actif et pour tout patient souffrant du syndrome de l’intestin irritable ou d’hémorroïdes.

Comme effets indésirables, ils sont généralement limités à la sensation de brûlure initiale liée à la capsaïcine. Cette sensation ne crée aucune lésion réelle ; mais les personnes allergiques peuvent  avoir des réactions cutanées importantes. Si c’est le cas, il faut interrompre le traitement. Il est à remarquer que l’onguent  ayant 0,075 % de capsaïcine est susceptible de provoquer une bronchoconstriction, une toux.

Des études épidémiologiques révèlent une amplification d’incidence de certains cancers des organes digestifs (estomac, vésicule biliaire) chez les grands consommateurs de piment de Cayenne.

Les crèmes anesthésiantes à base d’anti-inflammatoires non stéroïdiennes (AINS)

Des crèmes anesthésiantes à base d’anti-inflammatoires non stéroïdiennes (AINS), on remarque Dolgit, Diclofenac, Voltarenspe et Kétoprofène pour les arthroses des articulations comme le genou ou les phalanges, par exemple.

Son utilisation nécessite une surveillance médicale stricte. L’application de ces crèmes AINS et la prise de paracétamol peuvent provoquer un surdosage. Par ailleurs, il est important de souligner que les produits contenant du Kétoprofène peuvent provoquer une photosensibilité en cas d’exposition au soleil.

Ajouter un commentaire

commandez votre crème Emla

sans ordonnance Commander Pharmacie en ligne agréée Livraison en 24h

commandez votre crème Emla

Commander